MISSKA EN CONCERT

Jeudi 22 mars à 20h au Sentier des Halles

 

Son premier album sous le bras, le duo Misska revient sur scène en 2018.

Il a créé pour elle des nouveaux parfums de bossa, de tango et de jazz. D’une voix aérienne, parfois mutine, elle y mêle des mots ciselés, teintés d’humour et de mélancolie. Sur scène ils se produisent en trio, avec leur fidèle guitariste percussionniste.

Chanteurs à texte ? Affirmatif…Mais d’un monde nouveau, qu’ils explorent en équilibre instable. Et avec ce sens de la scène qui leur permet d’instaurer une complicité immédiate avec le public.

Dates

Jeudi 22 Mars

20h

Titre

Il est pianiste et compositeur et a beaucoup travaillé pour le théâtre, elle est comédienne et chanteuse, il était sans doute écrit quelque part que Laurent Lethiais et Karine Casati se rencontreraient un jour … C’est ce qui finit par se produire, dans le cadre d’un festival de théâtre, et c’est de ce coup de foudre artistique et humain qu’est né Misska, un duo qui depuis trois ans s’est fait connaître à la scène avec des chansons que l’on décrit comme étant « à texte ». Une voix sensible, parfois un peu naïve, des mélodies qui n’hésitent pas à papillonner vers la valse, la bossa, le blues ou encore l’electro et même la pop, il n’en fallait pas vraiment plus pour que Misska commence à penser à un premier album pour lequel les deux complices feront appel au guitariste Emmanuel Renard qui les aidera également à fignoler leurs arrangements. Quelques musiciens de plus pour apporter les basses et les percussions mais aussi des cuivres et même des cordes et voilà « Milles excuse » qui apparait presque incognito, comme si personne ne l’attendait, sans doute un moyen discret imaginé par Misska pour s’en aller frapper à la porte des auditeurs et les prendre par surprise avec des chansons qui peuvent être douces, sensuelles, délicates, et avec d’autres plus futiles, plus turbulentes, plus suggestives aussi. D’un piano-bar un peu classe jusqu’à un théâtre de boulevard en passant à l’occasion par le Café du Commerce où Misska peut mettre un peu de gouaille dans son chant, c’est une collection de chansons un peu brinquebalante que nous propose le duo, une sorte d’empilage hasardeux et pourtant si attachant dans lequel apparaissent un peu comme sorties de nulle part des pépites comme « Adultère imaginaire », « Playmobil », « Likez-moi », « La boite à chaussures », « Je suis un bébé » ou encore « Dans les aéroports » … De quoi se donner des raisons valables de repartir faire de la scène, dans des endroits intimistes bien entendu, mais aussi dans des endroits plus conséquent puisque Misska a déjà fait ses preuves sur de grandes scènes et devant un public conséquent. A découvrir dans les bacs à la mi-janvier !

Prochains spectacles